Goût d'oranges

Publié le par maya


j'te. ça m'écorche. je bois.

je bois. et alors d'ombres. je crie j'entends. c'est heureux d'entendre.

j'entends les mots qui s'insinuent plein les rues les têtes. les mots plein les pages en tant de façons. j'entends plus que moi mes mots des autres.

j'entends à souvenirs à souvenirs à comprendre que dalle. je me souviens. ce voisin d'inquiétudes. défenêstré du 5e. qui habite au 4ème. qui revient des courses pour sa fille il a acheté des oranges.

qui se jette du 5ème. au 4ème. il habite au 4ème. qui tête pleine rue se jette. je me souviens à pas comprendre. tête pleine rue. qui m'inquiète.

qui tête du 5ème se jette. avec les oranges.

 

 

 

 

 

 

je'm qui me rend pire. et ma vie s'ensilence en un jeté d'oranges et de toi dans mes rêves.

comme dans le monde réel j'ai des fourmis qui courent la tête. tu parles d'allusions. en français. dalle d'inquiétudes.

je comprends que dalle d'inquiétudes. ça hurle. les chiennes rôdent en quel tunnel.

la langue le permet pas. oh yes. d'un cadavre l'autre. sans issue. oh yes. c'est possible. pas tout est possible. tout est de trop de coups. trop commun ça . vous savez ça.

ça vous savez tant de. et noeuds et vermines et lieux communs et chirurgie. vous comprenez. ça.

ça encombre par trop de lunes. trop de cauchemars un monde. dictateur c'est papa. un papa. gentil papa. la langue le permet. oh si. si la langue la pire.

la langue éponge.

je bois à m'en débarasser de qui pas. pas ma langue. langue qui pas. je bois amère.

trop de papa.

 

Claude Favre
 

Publié dans textes

Commenter cet article

loic robin 18/09/2007 20:59

Très beau texte...