Caresse des cartouches

Publié le par maya


j'appelle mes chiennes. à la verticale. la langue le permet et
d'ombres furieuse m'fiche en l'air. comme les papillons. noirs
comme. vorace. être seule m'enrêve.
je bois ça me pire. bien sûr je me tente. de trop de coups de
langues d'assez. je bois je bois je m'enfurieuse.
de langues pas. je doute.
tu ne dis rien. ça gicle et hurle.
ça gicle comme un sang d'oranges on se croirait contre. comme
contre et pourquoi pas. ça s'insinue. caresse.
la langue c'est toujours comme si le printemps. et ça arrive qui
brouille les cartes. et toi.
tout un monde comme les lunes ça tente. et toi.
tu te souviens. la langue qui parle. la présence des chiennes.
les chiennes couinent. quelle langue mal lune je t'préfère pas là.
tout cela va trop vite. si lent. pas du souvenir. comme un coup de
fouet. cauchemars ça gicle. et toi.
ce n'est pas d'hier. j'éponge je recouds. les ombres et leurs
encombres.
ce n'est pas. d'ailleurs ce n'est pas. on croit mais ce n'est pas.
juste ça déchire.

on peut mettre des noms propres. vertigineux.
comme pistes tant de silences. de tout et tant hors d'haleine. on
peut. on veut. on peut. on veut plus.
on peut. des noms comme des mains aux couteaux.
on peut. des mots des autres on veut.
qui tête fouette. langue la pire dicte.
langue papa. pas comme ça.
non. pas ça.

tout va mal lunes. combien de mots en souvenirs. de cadavres
jetés jus. rencontres. anecdotes. horizons. vieux truc quoi.
les chiennes bavent du souvenir. tunnel. dalles que de sangs.
bois tête corne. ça hurle vorace.
je bois à m'en plus. débarasser. encombrer. effrayer. avertir.
embrouiller. divertir. quand bien même.
la langue la déchirée. c'est tout possible de caresses.

Claude Favre
 

Publié dans textes

Commenter cet article