Une histoire d'amour (extrait)

Publié le par maya


elles sont partout nettoyer ça il pense ouais désinfecter les trottoirs Robert renifle son entre jambe nous sommes des chiens tu sais il dit tous des chiens et des chiennes Robert commence à se sentir un peu chez lui tu m’aimes dis tu m’aimes il demande encore Béatrice Chatel ne gueule plus un filet pour les capturer tous ces singes de sang dégouline aller fouiller un peu dans les culottes de la gamine peut être de sa bouche à bouche avec le diable entre ouverte les Walkyries la lumière rouge et Robert qui sifflote Douce Nuit Robert va donner la fessée si tu ne dis pas quelques mots d’amour tu étais une bonne élève hein toi toujours devant à l’école ta maman t’aidait certainement à faire tes devoir une bonne fille et Clémence hein est-ce qu’elle a des bonnes notes dis moi ma Béa chérie Robert continue à se tirer un peu sur le petit général en louchant sur le cul voluptueux ô ma proie ma proie d’amour oh taureau taureau il gueule en tournant autour la bête à quatre pattes Robert retire son jean il manque de tomber il rie encore maintenant je suis ton papa ton petit papa poule ton professeur ton toréador Béatrice Chatel la bourgeoise arrogante devient ce paquet de rats à empoisonner qui pullulent partout ici très bas de chair molle à malaxer Robert sautille autour de sa chose blessée béante elle renifle mais la morve coule et le sang la pisse les larmes tu es mon petit oiseau hein ma petite biche hi hi hi connasse Robert connaît la chanson la touffe fournie et humide palpite et se contracte Béatrice Chatel et sa maîtrise de droit pénal chiale comme un veau dis t’as pas un martinet hein dis et des petites menottes de Clémence autour de sa queue planquées quelque part vous jouez pas à des jeux coquins méchants il demande avec la tarlouze maintenant Robert est un peau rouge hi hi hi il rie il rie encore tu ne trouves pas ça rigolo toi il demande Robert rapproche la photo de Serge et ben t’en voilà du coquin méchant ma salope reste comme ça ouais une partie à trois à quatre pattes je veux tout voir maintenant tu es mon épouse brisée Robert glisse un doigt dans la fournaise brune Béatrice Chatel demeure muette elle se demande quand il va la tuer elle pense à Clémence et au petit Jean Robert allume une autre gauloise allez dis moi un truc connasse ouais dis moi des mots doux pour l’encourager Robert enfonce sa clope dans l’une de ses fesses massives enfin Béatrice Chatel reprend de la voix ouais c’est ça ma salope soprane ouais chante moi une berceuse maman pousse un cri désespéré oh c’est mignon montre moi donc la chambre de la gamine la chambre de notre petite Clémence mais la bête ne bouge pas d’un pouce allez remue toi un peu tas de merde mon amour Robert lui colle un petit coup de pied dans les côtes ouais montre moi la chambre Béatrice Chatel n’avait qu’à pas porter ces bas de salope un point c’est tout de notre enfant hi hi hi elle a déjà du poil au con dis maman allez lève toi connasse Robert la tire Béatrice Chatel aime le shopping l’équitation et ses enfants par les cheveux

 
Jérôme Bertin

 

Publié dans textes

Commenter cet article

kite 15/01/2008 21:06

"And there will fly into the room a colored butterfly in silk to flutter, rustle and pit-pat on the blue ceiling"

"whence I have come and whither am I hasting do not inquire; now on a graceful flower I have settled and now respire"

PLEINS PLEINS de papillons d'amour pour toi, I know you like them butterflies, right ?