Amor barricade amor, Édith Azam

Publié le par maya

 

Amor barricade amor, Édith Azam ; Atelier de l’Agneau ; www.at.agneau.fr

C’est un plan presque fixe : il y a une place, une barricade, une foule, des gens en uniforme, des pigeons. Mais surtout, il y a elle, d’un côté de la barricade, et lui, Julien, caporal aligné en rang d’oignons de l’autre côté de la barricade. La manif, on n’en connaît pas les causes ni où elle a lieu. D’ailleurs, ce n’est pas l’objet de ce livre entièrement centré sur ces deux personnages séparés par une barrière infranchissable, sauf à provoquer l’affrontement. La caméra s’attarde encore sur des pigeons juchés sur les balcons alentour et fomenteurs d’une contre-manif. Des feuilles de platane tourbillonnent dans l’air comme des tracts largués en vol. Le récit d’amor barricade amor tourne en boucle, entrecoupé d’innombrables « pauses » ne parvenant guère à le relancer. Mais Édith Azam ne propose pas une histoire romanesque dont on suivrait un quelconque fil. On retrouve plutôt cette écriture obsessionnelle qui a marqué son entrée en poésie et s’inscrit entièrement dans une dimension orale. Il faut avoir assisté à ses lectures publiques pour en mesurer l’étonnante « force de frappe », à l’égal par exemple de Charles Pennequin avec lequel elle se produit parfois sur scène . Il faut loopinguer n’oublie jamais, il faut que tout le temps tu loopingues. Comme ici le texte, de part et d’autre de la barricade. Amor barricade amor déguise une déclaration d’amour entre deux êtres esseulés au milieu d’un attroupement. Sortir du rang, tel Julien pris d’une envie de pisser, c’est marquer sa singularité face aux autres. Édith Azam crie, martèle et interpelle. Elle utilise encore le dessin sur écran et des formalismes typographiques pour un large enrichissement visuel du texte. Il y a certes une part de jeu, mais c’est, derrière, un « je » qui tente de franchir la barricade entre lui et l’autre, perdus ensemble dans un même labyrinthe.

Alain Helissen
 

Publié dans Critiques

Commenter cet article

Dominique Boudou 25/03/2008 18:13

Ce blog est de qualité. aussi je me permets ce lien, en poésie. Ecoutez Brémond, Pleine Page et Montalant...http://www.dailymotion.com/lemarchedelapoesie/1