Tu es sans plaisir

Publié le par maya


Tu es sans plaisir. De chaque côté viennent les choses, un appel des radios. Par les journées à l’instant les ans s’écoulent cela n’a aucune importance. Il faut te décider de chaque côté et, paroles manquées, respirer. Tu sens un appel et, pour ne pas perdre une qualité, tu fais les choses. Tu regardes un soir la pluie et un instant commence.
 
Tu expédies silo et nudité 30 ans souffler la bougie pluie ne sert à rien. Tu ne vas pas bien mots manqués tu respires. A l’air pour le plaisir d’entendre certaines choses ne commencent jamais.
 
« Je » de l’espace compilé classé répertorié tu travailles sans poser la question. Des cahiers jusqu’à l’instant des idées sur les tables tu voudrais la nudité et 2300 ans de plaisir. Cela manque d’air avec les classeurs. Ensuite, nudité 2300 plus rien à dire cases les mots oubliés. L’air pour le plaisir d’entendre.
 
Tu t’envoles sans savoir comment tu t’envoles. Tu expédies silo pousses les paroles souffles la bougie pluie à l’instant tu respires. Nudité 2300. C’est de la langue la pluie à l’instant fabriquée des ondes des feuilles de cahier pour leur éviter de disparaître. Cela montre que mars est la forme du mot qualité des mots pour éviter les forêts.
 
Ensuite nudité 2300 ans souffler ne va pas bien entraves par les journées sans aucune importance, «Je » comme des paroles il y a un appel mâché des radios. Pour le plaisir d’entendre de chaque côté vient le malheur.
 
Il y a l’air sans rien ressentir tu t’envoles. Jusqu’au moment des nuages la langue fonctionne comme jamais. Compilée classée répertoriée notée, les choses sans plaisir et pourtant. C’est pour t’éviter de disparaître. C’est une erreur c’est pire ne sert à rien de passer sans grammaire il y a même si certaines choses grand vide. A s’envoler sans savoir comment tu passes d’un cahier à l’autre. Tu travailles dans une case, la langue fonctionne, tu respires.



Loïc Robin
 

Publié dans textes

Commenter cet article