Amorcer les premiers pas : avorter les derniers

Publié le par maya





tarmac-(tempéré)-terre-(démarquée)    sommés les détours dessinent une forme de larme



une    île



par endroit réalité qui n’existe que courageusement (par l’os du coeur)    blanchi de cyclones    ce peut être un même hublot qui au choix emmène ou ramène



collines siestement    du rouge en vie    tibias d’eucalyptus brousse le recul à l’honneur quand tout à fait tout     a été cueilli à chaud comme :    l’épicentre du mendier



reluisance précipitée rouge-brique de la superstition    des vieux d’hier fidèlement présents par le mur concentré qui n’oublie pas son lot de prières   



chaleur-des-chœurs-végétaux s’empoisonner de ses forêts présentes qui ne parviennent plus qu’un peu plus    : abrégée selon les critères de la dèche



cicatrices en collines en cicatrices terriblement identiques aux maisonnées qui prennent corps dans les glissements d’ocres



lumière comme si neuve qui    nous amadoue lumière fait fonctionner fait douter largement ce qui se    rapporte à la vie : est dure abréviation



os & d’ancêtres os articulant les voix de congénères les voix librement incontrôlables paludismes sans peine piquetant les épidermes-café-cacao



flore-faune-flore sérielle    aiguille de l’heure indécise indique le drame voisin la somme la mort toujours côté soleil



dignes ressauts rocheux    lumière qui suit chaque bénédiction qui soleil vivifie dignité



l’excursion comme rituel est repose-pied comme plaies de forêt par endroit du mauvais sort tient debout



un estomac vidé depuis déjà    dans la couleur bois des récupérations habiles



l’estomac du jour qui cache si mal celui de la veille : comme par relégation : chacun doux de nature & son jumeau durci par la nécessité



du bord de route    depuis ce bord rêver-du-rêve-d’autres



tsikitsiky (sourire) (incitation au sourire) seule prétention cérémonieuse    vivre d’une poignée de brèdes qui macèrent sans    broncher    l’estomac en file (indienne) virgule à vide





Mathieu Nuss

 

Publié dans textes

Commenter cet article