Et même dans la disparition (extrait)

Publié le par plexus-s

 

Alors, on dit que nos vies sont proches et que nos sangs sont parallèles. Ton groupe sanguin ? C’est O plus ? Le mien, c’est A moins. On sauve des vies avec ça, y a des mots qui se perdent, je veux dire qu’on sauve d’abord des mots avec notre sang. Bien plus que des vies.

De l’Alpha à l’Oméga, on recouvre toute l’étendue des possibilités sanguines ! Perfusion sans laquelle nous n’aurions pu interroger le départ.

La vie ? On sauve qui ? Des mots à deux jambes, des lettres qui nous ressemblent. La respiration n’est que fonctionnelle, enfin ce n’est pas à toi que je vais apprendre ça !

Et la disparition, l’est-elle aussi ? Non, elle ne l’est pas, elle n’est pas chaude comme le souffle, elle n’a rien d’un volcan, personne ne la fréquente, elle n’est jamais dans aucune histoire, elle les survole, c’est tout, elle les achève pour de bon, en nous faisant croire qu’elle a un rôle humain. Pauvre d’elle !



la suite ici

 

Publié dans textes

Commenter cet article