décales,

Publié le par plexus-s



décales,



du verre à pied d’œuvre la croupe
qu’arrose desforme la vue raide en
fond décuple le projet d’approche :
au sortir descorps de valéry
féconde l’innombrable /
rouge avale elle , mange lèvres :
du rouge foudroie la mise ,
décidé,ment nue s’enlise
d’ 1 corpulence : fonde l’esprit en
la matière : s’accoutume /
par re touche en fines du costume
coutures les nœuds en épuise le
sujet drôle ajoute cravates de
dames repique parfois veste attriste
( comme râteaux , sel en reprise )
où l’an  nonce de V. re  tarde
l’enfile par doigts délient rare 
ment s’éprouve en suite ou de nez :
pied confine aux draps :
l’amer //





            [ Zapping 1 ]

de Pinocchio : l’enflure du bois
à l’expertise du dire remanie la
prise à l’unique : met de côté
descorps , en effectue le tri pour :
retient Valéry /
                       : où la coupe : /
annexe du vide à la trame sonore
( blanc ) d’allure formelle : la
conduite ne permet plus modifie
l’ajournement des par  re  tourne                 
ne conserve qu’au clair du : vrai
/ fables copulent remarquent
le peu d’épaisseur filles à l’out 
rance du verbe agitent l’allonge
froisse de l’affect : souffre
par temps sale jaune
l’aubergine dispute à violette le
ton sans de l’habit par
échantillons choisit la mise du
jour : revêt ( qu’implants
surchargent ou perruques ) /
chausse du change l’avantage
tourne n’engage que :
de la forme , les fonds :
pour genres
en trêve de nuit who’swho
Violette à l’épuise essaie
s’achemine en où sa mise en
habits prolifique en doux des
cabines l’accueillent multiplie
les sapes ne repasse conserve en
froisse l’étale forme en mousse la
barbe défit rase ou pas , macule /


Emmanuèle Jawad

 

Publié dans textes

Commenter cet article