x-y, au demeurant, sans territoire (extrait)

Publié le par plexus-s

*
x répondait à y : ‘mangeons l’herbier avec les feuilles, les fruits séchés, les agrafes, les tiges grises, les restes de poudres, les morceaux de ruban adhésif, les films plastiques, les étiquettes.’


Auquel, aplati et, en conséquence comme ouvert au milieu des poumons. Et mettant en dernier ressort cette particularité de scarification médicale, ce qui vient avant serait le trait, proto-forme de la forme qui suit.
La poche
Petite et ici
La poche
Chantant l’air sur
L’air du pont
Coupé
A l’en-haut
Pour y mettre
La main
Ou autre
Partie
Sur l’air du
Pont
Détruit
Qui
Disant
L’avoir coupé
Sous l’assentiment
D’un Newton
Embrassé
Sur la main
Qui lâche
Ce qui est
Tombé
Puis
Abattu
Ouvert.


Sur la veste, l’endroit revolver, à la mode des papiers où se range un officiel.



Franck Fontaine
extrait de
x-y
au demeurant, sans territoire
(première époque).


 

Publié dans textes

Commenter cet article