Your scenario

Publié le par maya


Mont Cassel, Mont des Cats, Mont Noir.

Autour des monts, à l'horizon, terre et ciel fusionnent.

La poésie, témoignant d'une enfance particulière, vit ici dans chaque brique.

Sur le bord de la fenêtre, trois pommes regardent Hadrien.

Dedans, bourdonnement de l'aérateur ; dehors, bavardage matinal des oiseaux.

Une simple tasse de café élimine l'objectivité du matin.

Le gris gras chat noir ronronne sur la carte de France.

Paradoxalement, Zénon

Hoche la tête et dit « Non, non, non. »

L'histoire a sa logique.

Septembre sous les pommiers, fruits tombés, différents stades de décomposition.

Alexis cueille des marguerites, ourse noire dans le ciel.

Le trio d'écriture triture le tas de mots triés.

C'est la foire aux livres. Ecrivains vivants. Entrée gratuite.

Tout autour de la table, les langues s'agitent, joyeusement différentes.

Parler de tout et de rien en français rend la vie facile et charmante.

« Encore une toile, cette araignée se paie notre tête. »

« C'est un chat, tout ce qu'il y a de plus bête. »

« Hier nuit, j'ai rêvé. La barbe ! J'étais russe ! »

« Le ciel est trop grand pour mes lunettes. »

« Comment s'aimer dans les buissons

Si les épines entravent la passion ! »

« Oui, madame, entre deux baisers, tout ce qui concerne la politique et les affaires. »

« Autre rose : c'est le féminisme qui nous a perdues. »

« Mon père est mort cet été ; je philosophe. »

« Il existe des endroits dans lesquels vous ne voudriez pas vivre une seule minute. »

« Un petit âne satisfait et une balle en mousse : nous sommes assis dans la machine à remonter le temps. »

« Comme elle est courte sur pattes, elle ferait mieux de sourire. »

« Ma plume sur la page,

A fait un beau voyage. »

« Après les Thermopyles, Léonidas voulait se rendre au Mont Noir. »

« Quand il parle tout seul, les murs, les tables et les chaises sont de fidèles auditeurs. »

« Laissez donc sortir le vampire ! »

« De la chétive brebis au puissant mustang, Madame Saxo, merci ! »


Alexandre Ikonnikov, Fabienne Kanor & Lucien Suel
Villa Yourcenar, 2006


Publié dans textes

Commenter cet article