Canis Lupus (travail en cours)

Publié le par plexus-s

 

 

 

 

Loup solitaire, paysage passif, zéro coloriage, une vie pour se refaire, ça lui pèse…

 

Le loup est solitaire, étalage tactile, patte à patte velours sur terrain escarpé, humeur blafarde pour matin prolongé, le loup fait ses courses, petit panier mémé, garni récup, ça monte dans les étages, cité Mistral, par vent de face, poésie résistante, aigle au futur sans ascenseur, années cinquante, une certaine idée de l’espace, idée certaine après disette, couleurs granuleuses, reconstruction de l’intime, paysages personnels option verticale, se refaire une santé de cheval, l’Histoire ? juste après, faim de loup, pas se priver, ou plutôt si, prime à l’ennuie, ratio mumuse sur les bords, les bords, ça vous fait voir la mer, vision panogénique, ergonomie des espaces, strabisme cohérent, tangage et roulis pour les plus loin, les plus autres, ou ceux qui rament, autres aussi, très autres, à fond de calle, plus roussis, pour se faire une idée, penser napalm au jour le jour, portion réduite sur butagaz, ça réchauffe…

 

Le loup soupe d’un petit pois carotte, carotté pour le tain, off course, de sa figure râpé au zus et plus, s’en remet à la pratique de l’hygiène, élémentaire mon cher, taches légumineuse sur front spirite, ouverture facile, santé lucide,  on se picore, c’est bien suffisant, pas besoin d’en reprendre, se défaire pour l’essentiel, du surplus, ni plus, ni ça, l’essentiel à ciel ouvert, la santété sans escare, fluidification des humeurs, passage à l’axe, le centre est maximum, si de bonne heure, à la bonne heure, bonne humeur, couché levé, le soi est à soi, on se soi-même, on s’aime soi, on se soigne, on se bichonne, le centre est maximum, on s’aime maximum, on se soi disant, ça suffit, c’est bien suffisant, on est facile, on est maximum, on est dans le centre au maximum, une laisse pour faire le chien, ça suffit, une plume pour l’indien, sombrero, mexicain basané, tache d’encre pour la feuille, voile de mariée, ça suffit, s’en remettre au mode opératoire, option giratoire, tourner en rond, tournez vous, retournez vous, voyez vous, les yeux dans les yeux, acides animés sur écran plat, le centre est maximum, mobilité maximum, le rendu se fait sur place, quelle aubaine, purification des organes, camps de vacance à très basse altitude, ratio chimique pour vie rustique, exercices quantiques et nage obligatoire, ça vous chante ? le voyage est cellulaire, aspirateur new look pour foule bigarrée, largesse du spectre, passez l’intro, intronisez votre implant, c’est à vous, ablution, onction, massage, étrange le massage, on dirait des feuilles, une forêt sur la peau, frisson d’humus, soupirs entrelacés, mélange des genres, ricochets alanguis, des goûtes sous les aisselles, bras levés, épilation continue, se refaire une santé de cheval, trot, galop, trot, saut de puce, parcours impulse, in et out, appel du large, quelle histoire, le gain est indéniable, le centre est maximum, ça tangue ? un peu, passage obligé, fond de calle, oubliez l’histoire, ça tangue au maximum, c’est obligé, la vibration est maximum, salivation maximum, tout est vivant là-dedans, tout s’émancipe, continuez, muez vous systémique, continuum vibratoire, surtout ne pas se perdre, ne pas se perdre de vue, voyez-vous, ne pas se faire d’histoires, le temps passe, comme le temps passe, on le voit pas passer, tiens ? des roses, en fond de calle, surprise, des parcelles, accentuées par coloris, une musique de fleurs, sous sol capitonné, parquet bruissant, une peau, genre pelure, comme posée, sur l’absence, ça en jette…

 

 

 

Jean-Louis Baille

 

 

 

Publié dans textes

Commenter cet article