Calendrier

Septembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
<< < > >>

Recherche

Ainsi soit-il

...

  • Flux RSS des articles
Samedi 13 novembre 6 13 /11 /Nov 18:00

 

 

 

 

au goût du sang

 

à l’odeur de la sève

 

à la poussière

 

aux oripeaux à la gloire de ton nom

à ceux qui me dévorent, à ce que je dévore

 

se soustraire au bois, à l’odeur de ta sève, à la poussière d’un nom

à la gloire de ton sexe aux oripeaux de sang et

au renoncement – se soustraire à ce qui

m’ignore et me détruit à ce qui me tourne

le dos qui me montre la nuque qui ne me

connaît pas qui ne me

prend

pas

tel que je suis

un monstre un singe un ours une furie sans

visage sans un seul visage sans nom sans

un seul nom corps de femme et

yeux de cerf bois outrageant mâle et

femelle, perdu, perdue, errante, errant ;

indifféremment bouc ou chèvre et

ma langue dans toutes les langues et

ma bouche dans toutes les rivières

le goût de la sève l’odeur de ton eau

poussière de nos os se soustraire

à la mort qui n’est autre que toi

lorsque point en moi le désir de ne pas te ressembler

d’être sans ressemblance et sans pareil

sans partage, pas du même monde ni de la même

langue mais de la même terre

celle qui salit mes pieds celle qui

ronge mes mains celle dont ma bouche est pleine et que j’étouffe en

suçant longuement la dernière fleur

de trèfle et son arôme sucré loin

après la fraîcheur du printemps.

 

l’été est là et bien que

 

je sois

 

animal au sang froid

 

je ne peux me soustraire,

 

..

 

à sa chaleur.

 

*

 

le moment où tu écris

ne te sauvera pas du monde dans lequel tu vis

et n’en sauvera rien.

 

*

 

 


 Lucie Taïeb

 

 

 

 

 

Par plexus-s - Publié dans : textes
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

matique - réponse automatique - réponse automatique - réponse automatique - 

Écroulement de moi ôté

l'été

aventureuse redevenue prête

aux éventuel aléas 

de l'art annulé.

 

Ces instants que tu as pris

décidée au rien, abouchée à

la pensée tendue des menaces

Un monde déplacé

 

Laveuse nuée de mots

Ah ! aînée tu lut çà ès vanité

d'Auteure née

Ô nô !

Commentaire n°1 posté par Égide le 16/11/2010 à 20h04

plexus,

emprunté au latin de basse époque plexus «entrelacement», dérivé de plectere «tresser»

ET

s, la dix-neuvième lettre de l'alphabet et la quinzième des consonnes.


 

 

ici nous publions

  • des textes littéraires
  • vos informations (événement, lecture, salon,...)
  • des images

 


Catégories

Auteurs

 

Laurent Albarracin

 

Edith Azam

 

Yves Bergeret

 

Jérôme Bertin

 

Jérôme Bonnetto

 

Antoine Brea


Charles-Mézence
Briseul

 

Mathieu Brosseau

 

Arno Calleja

 

Lucille Calmel

 

Fabrice Caravaca

 

David Christoffel

 

Philippe Cou

 

Cuhel


Catherine Delamaire

 

Louis-François Delisse

 

Carla Demierre

 

Sophie Dubois

 

Antoine Dufeu

 

Armand Dupuy


Sébastien Ecorce

 

Claude Favre

 

Bruno Fern

 

Franck Fontaine


Dembo Guindo

 

Alain Helissen

 

Alexandre Ikonnikov

 

Emmanuèle Jawad


Jacques Josse

 

Fabienne Kanor

 

Roger Lahu

 

Vannina Maestri

 

Christophe Manon


Victor Martinez


Pierre Ménard

 

 

Lorenzo Menoud


Mathieu Nuss

 

Dominique Quélen

 

François Rannou


Jean-Yves Reuzeau


Mathias Richard


Loïc
Robin

 

Samuel Rochery

 

Matthieu Séry

 

Jacques Sivan

 

Aurélie Soulatges

 

Lucien Suel

 

Nicolas Tardy

 

Michel Valprémy

 

Pierre Vinclair

 

Isabelle Zribi


 

Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés